Le courant et la boue

La vie est si courte, et les journées tellement longues.
Charrier péniblement des tonnes de boues,
Imiter Sisyphe avec le sourire,
Le flot tout proche du temps qui passe, lentement, comme un ruisseau anémique,
Et le grondement tellement présent de l’embouchure, au loin, qui se rapproche à grande vitesse. Lire la suite

Publicités

Crime scientifique

J’attendais depuis trop longtemps pour compter encore les minutes. L’autre prenait son temps, comme à son habitude. Il n’aimait pas les visites, ou plutôt les visiteurs. Il accueillait toujours à bras ouvert l’annonce d’un résultat inédit ou le coursier qui amenait son dernier caprice. Mais les humains, ces systèmes imparfaits et vagues, quel ennui pour lui, des complications à l’infini pour un résultat invariablement proche de rien. Peut-être lisait-il son journal, s’attardant sur un article parfaitement inintéressant, tout acquis à son seul plaisir de vieux hibou: faire attendre un visiteur jusqu’à sa liquéfaction totale. Lire la suite